Arts Littérature

Festival international de la BD d’Angoulême : bulles de festivités


Deux ans après Charlie Hebdo, celui qu’on surnomme le 9ème art depuis Spirou continue à faire sa vie. Après plusieurs controverses liées à l’absence d’artistes femmes sélectionnées en 2016, le festival international de la BD d’Angoulême revient pour sa 44ème édition du 26 au 29 janvier 2017, avec son nouveau lot de richesses, d’imaginaires, de découvertes et d’avant-gardes. Petit décryptage.

Historique du festival d’Angoulême

Créé en 1974 par Groux, Pascal et Mardikian, le festival international de la BD se déroule tous les ans à Angoulême à la fin du mois de janvier. Avec une affluence frisant les 200 000 visiteurs par an, il s’agit du plus important événement autour de la BD en France et en Europe. Inspiré du festival de Lucques, en Italie, le festival d’Angoulême accueille dès sa première édition de grands noms de la bande dessinée comme Gotlib, Peyo, GiraudEn 1977, Hergé lui-même se rend au festival, et en réalise l’affiche ce qui en marque la consécration.

A la suite de la venue d’Hergé, le festival connaît une période de doutes, faute de subventions, mais résiste à la crise de la fin des années 1980. Il se professionnalise alors de plus en plus : un thème est défini pour chaque année, les activités sont éparpillées dans toute la ville, et le dépôt légal des bandes dessinées est instauré en 1983. En 1984, Jack Lang, alors Ministre de la Culture, crée le Centre national de la bande dessinée et de l’image. C’est ainsi toute la bande dessinée qui est officiellement reconnue comme digne d’intérêt.

Organisation

Dresser une liste exhaustive du déroulement du festival est une mission impossible. Au fur et à mesure des années, le salon a en effet pris de l’ampleur, tant et si bien qu’il est désormais réparti sur 4 jours et dans une vingtaine de lieux (théâtre, musée, places publiques, pavillons, auditorium…).

Néanmoins, une liste peu détaillée des événements de ce long week-end permet de se rendre compte de l’importance de ce festival dans le monde de la BD. En dehors des dédicaces et des conférences, qu’on s’attend à retrouver lors de ce genre d’événement, les participants ont également accès à des débats, des rencontres, des projections et des spectacles. Plusieurs espaces d’exposition sont également prévus, ainsi que des performances graphiques, pour voir en direct les dessinateurs à l’œuvre. Enfin, des concours et des ateliers seront mis en place, pour les plus jeunes comme pour les plus âgés, afin d’apprendre à dessiner ou de gagner des prix (un dessin unique d’un auteur, par exemple). Le festival se clôturera chaque soir avec des spectacles et des cérémonies, et avec, bien sûr, la fameuse cérémonie de remise des prix.

Les sélectionnés pour les différents prix

Le Palmarès Officiel récompense des BD publiées en langue française, quel que soit leur pays d’origine, et diffusées dans les librairies des pays francophones entre le 1er décembre 2015 et le 30 novembre 2016. Les 9 prix, dénommés les Fauves d’Angoulême, sont attribués durant le festival par plusieurs jurys différents parmi cinq sélections qui constituent la Compétition Officielle : la Sélection Officielle, la Sélection Polar SNCF, la Sélection Patrimoine (réédition), la Sélection Jeunesse et la Sélection Bande dessinée alternative (amateur).

La sélection officielle

Cette année 42 ouvrages sont en lice pour le prestigieux Fauve d’or, le 1er prix de la compétition. Les autres prix décernés dans la Sélection Officielle sont le Prix spécial du jury, le Prix de la série et le Prix révélation (pour un jeune auteur).

Parmi les 42 ouvrages (dont nous ne dresserons pas la liste exhaustive car elle est longue, mais vous pouvez la consulter ici), notons le désormais célèbre Arabe du futur, de Riad Sattouf, qui pourrait bien remporter le Prix de la série. Parmi les auteurs célèbres dans le monde de la BD, Jacques Tardi est sélectionné pour son dernier ouvrage Le dernier assaut. Catherine Meurisse, dessinatrice à Charlie Hebdo au moment de l’attaque, figure également dans la sélection officielle (qui comporte donc des filles !) pour sa magnifique histoire La légèreté, qui s’attache au processus de reconstruction après un traumatisme. Mais assez de francocentrisme, exportons un peu nos regards avec notamment Chiisakobe du Japonais Minetaro Mochizuki qui allie un style tranchant et un graphisme épuré, ou encoreL’essentiel des gouines à suivre 1987 – 1998 de l’Américaine Alison Bechdel, qui regroupe 30 ans de réflexions de l’autrice (comme son nom de l’indique pas, le livre ne parle pas que d’homosexualité) ou aussi Le mari de mon frère du Japonais Gengoroh Tagame, qui aborde avec sensibilité un thème toujours sensible dans les sociétés contemporaines.

Les autres prix

En plus de la sélection officielle, cinq ouvrages sont sélectionnés pour le prix polar SNCF, sept pour le prix du Patrimoine, douze pour le Prix jeunesse et une trentaine pour le prix de la BD alternative.

Enfin, trois autres prix sont décernés, hors compétition officielle. Le prix René Goscinny a été imaginé en l’honneur du quarantième anniversaire de la mort du célèbre auteur d’Astérix et Obélix . Le prix du public Cultura, pour lequel concourent douze ouvrages, récompense la bande dessinée préférée du public. Enfin, le plus prestigieux de tous, le Grand Prix du Festival d’Angoulême, décerné pour l’ensemble de l’œuvre d’un auteur, est d’ores et déjà consacré à Cosey pour cette année 2017.

Quelques coups de cœur à suivre

Hors de la sélection, notons quelques auteurs coups de cœur qui seront présent pour dédicacer, parmi les plus de 100 éditeurs présents. Julie Maroh, autrice de Le bleu est une couleur chaude, prix spécial du Jury en 2011, revient avec Corps sonores, une quête de l’amour à travers un roman graphique de 300 pages qui entreprend de traquer toutes les petites manifestations de l’amour, du flirt à la rupture, en passant par le quotidien sans la routine…

Luc Brahy, dessinateur récemment de 13/11, Reconstitution d’un attentat : Paris 13 novembre, sera lui aussi présent pour dédicacer ses nombreuses séries à suspens haletantes. Parmi elles, on peut vous conseiller Insiders Genesis, qui porte sur une jeune femme qui grandit dans la corruption et la violence de Colombie.

Enfin, David Vandermeulen, un des moteurs de La Revue Dessinée sera présent aussi au  festival et pourra expliquer les motivations qui l’ont conduit à collaborer à cette œuvre entre fiction et réalité.

Un programme qui s’annonce donc, encore une fois, riche et palpitant, et peut-être aussi plein de rebondissements concernant les lauréats des différents prix !

Lucile Carré

En recherches sur l'imbrication sphère publique sphère privée à travers la prison, j’aime écrire sur tout ce qui a priori n’intéresse personne (genre les prisons, le big data et la santé). J’aime beaucoup la polémique, mais je sais aussi être sérieuse. Quand je veux. Intéressée par beaucoup, beaucoup trop de choses, je ne dors pas, ce qui me permet de chiner plein de trucs cools sur le web, à l’extérieur, ou encore dans les arts. En bref, je ne m’interdis aucun domaine

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up