Arts Expositions

Hommage à la nature au Centre Pompidou Metz

Avec l’œuvre géante de Tadashi Kawamata, Under the Water, et l’exposition Sublime : Les tremblements du monde, qui réunit les œuvres d’une centaine d’artistes, architectes et cinéastes, le Centre Pompidou Metz met la nature à l’honneur.

Sublime : Les tremblements du monde

Dans les dix-neuf salles de l’exposition Sublime, la nature se décline dans tous ses états. Puissante et fragilisée, abîmée et sauvage, dangereuse et protégée ; une chose est certaine : Dame Nature a de multiples facettes.

Pompidou Metz Pompidou Metz

Des images de volcans en activité, de côtes escarpées mordues par de puissantes vagues, la nature est fixée dans sa violence, fascinant et terrifiant le spectateur.

Plus loin, c’est la muabilité de la nature qui est faite reine, marquée par l’érosion et l’usure des sols, mais pas seulement.

DSC_0090

La seconde moitié du XXème siècle est marquée par une profonde métamorphose et une prise de conscience : l’imaginaire fertile d’une nature déchaînée laisse place à celui d’un désastre insidieux et invisible.

À l’image de cette métamorphose, l’exposition se transforme. Sous nos yeux s’écoule alors une nature désagrégée, abîmée, détruite, non pas par la seule nature, mais par l’Homme qui l’admire et la craint. Extinctions, catastrophes nucléaires, entre peur et impuissance, plus seulement face à la Nature, mais face à sa destruction.

DSC_0098

Viennent la prévention, le militantisme, les dystopies inquiétantes quoique toujours sublimes. L’exposition aboutit enfin à une recherche de solutions et d’idéaux, sur une osmose entre l’Homme et la nature.

Entre attraction et effroi devant la puissance de la nature, entre horreur et prise de conscience face au poids de l’Homme, entre les légendes de l’art comme William Turner ou Victor Hugo et les artistes contemporains comme Susan Hiller ou le duo de Barbara et Michael Leigsen ; le spectateur contemple Sublime avec un mélange de fascination et d’appréhension.

Et c’est là qu’est tout le génie de cette exposition : joindre la beauté brute à un message sensé et utile. Une exposition pleine de grâce et de vérité ; à voir absolument.

Under the water de Tadashi Kawamata

L’œuvre monumentale de Tadashi Kawamata incarne aussi cette puissance de la Nature. Au 2ème étage du musée, elle occupe toute la galerie 2.

Mais Under the Water n’est pas monumentale qu’au sens premier. L’œuvre est aussi remarquable par son importance, par ce qu’elle représente : c’est un quasi-monument aux morts. Un hommage à ces quelques 20 000 japonais disparus, happés par la vague du tsunami le plus puissant de l’Histoire du Japon, en mars 2011.

Conçue à partir de mobilier usagé, l’œuvre aérienne fait prendre conscience de la puissance de la vague et de la catastrophe qu’elle a entraînée. Fenêtres, portes, chaises, étagères, tables, fauteuils ; les objets de notre quotidien sont suspendus. Ils dessinent au plafond de la Galerie 2 l’ondulation en bois de la vague. Le résultat est spectaculaire, menaçant, certes. Mais aussi esthétique, lumineux et poétique.

 

Pompidou Metz

Under the water de Tadashi Kawamata

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up