Arts Cinéma

Ciné Cool, ou comment finir les vacances en beauté !

Avis à tous les cinéphiles ! Cette semaine, à l’occasion du festival Ciné Cool (du 26 août au 2 septembre), les CAMEO Saint-Sébastien et Commanderie de Nancy vous proposent dix films en avant-première, en présence des équipes des films, au prix exceptionnel de 4,50 euros !

Au total :  

10 Avant-premières
9 films sélectionnés dans plusieurs compétitions
8 films sélectionnés au Festival de Cannes 2017
1 film sélectionné au 74ème Festival de Venise
4 réalisateurs nommés aux César
1 réalisateur oscarisé : Michel Hazanavicius (« The Artist », 2011)
1 réalisateur primé de la Palme d’Or : Laurent Canté (« Entre les murs », 2008)
1 Caméra d’Or au Festival de Cannes 2017 : « Jeune Femme » (Léonor Serraille)

« Gabriel et la Montagne » de Fellipe Barbosa

Séance en avant-première le 26 août 2017 à 20h15, en présence du réalisateur Fellipe Barbosa (sortie officielle le 30 août 2017)

Prix et Nominations  au Festival de Cannes (Semaine de la Critique), Prix de la Révélation France 4, Prix Fondation Gan à la Diffusion, nommé au Grand Prix de la Semaine de la Critique ainsi qu’au Prix SACD.

Etudiant en économie, Gabriel Buchmann décide de faire le tour du monde avant d’intégrer une prestigieuse université américaine. Après 10 mois de voyage, Gabriel part explorer le continent africain en commençant par le Kenya. Cet intense périple le mènera jusqu’au Mont Mulanje, la dernière destination de Gabriel.

Tiré d’une histoire vraie, ou plus précisément d’un fait divers très connu au Brésil, ce film relate la dernière aventure de Gabriel Buchmann : « Gabriel était un de mes camarades de classe dans le lycée où mon premier film Casa Grande se passe, confie le réalisateur, Fellipe Barbos . Et c’était mon ami. Il a disparu en août 2009. Son histoire est assez connue au Brésil. Je crois que son optimisme, son sourire sur toutes les photos qui ont été retrouvées de lui ont touché les gens. Son appareil photo fut le point de départ de mes recherches. Il a laissé tellement de questions sans réponses, faire ce film était aussi un moyen de les trouver.

Les mots qu’il emploie dans l’e-mail envoyé à sa famille étaient ceux d’un idéaliste. « Je voyage comme j’ai toujours rêvé, pas de manière touristique… » Le texte était plus long que ce que l’on entend dans le film. Il me fait penser à Candide de Voltaire. C’est un personnage sans cynisme, presque clownesque, qu’on ne voit plus beaucoup au cinéma aujourd’hui.

Il est très rare pour nous, Brésiliens, de voyager en Afrique. Gabriel y cherchait un bien-être qu’il a trouvé et que j’ai retrouvé à mon tour en m’y rendant pour la première fois en 2007, dans le cadre d’un atelier de cinéma organisé par Mira Nair. Ce voyage a changé ma vision du monde. Moi aussi, j’aurais pu être Gabriel. »

« Un conte peut en cacher un autre » de Jakob Schuh et Jan Lachauer (à partir de 6 ans)

Séance en avant-première le 27 août 2017 à 10h00, en partenariat avec le festival «Klap Klap» (sortie officielle le 11 octobre 2017)

Vous pensiez connaître la véritable histoire de Blanche-Neige, du Petit Chaperon Rouge, des Trois Petits Cochons, de Cendrillon et de Jack et son haricot magique ? Eh bien détrompez-vous. Il semblerait en effet que vous ayez été bercés par des balivernes ! Mais pas de panique, il vous suffit de venir écouter attentivement l’histoire de ce loup, chic et branché.

Adapté du roman de Roal Dahl, ce film d’animation rempli d’humour ravira petits et grands !

« Patti Cake$ » de Geremy Jasper

Séance en avant-première le 27 août 2017 à 18h00, (sortie officielle le 30 août 2017)

Nommé au Film de clôture (Quinzaine des réalisateurs) et à la Caméra d’Or

Serveuse dans un bar minable du New Jersey, Patricia Dombrowski, alias Patti Cake$, a seulement 23 ans et rêve de fuir toute cette misère en devenant la star du hip-hop. Mais pas facile de s’occuper à la fois de Nana, sa grand-mère qu’elle adore et de Barb, sa mère, une chanteuse country ratée et complètement instable. Un soir pourtant, tout bascule pour Patricia. Entraînée dans une battle de rap sur un parking, elle révèle son talent de slammeuse. Accompagnée de Jheri, son meilleur ami et de Basterd, un musicien atypique, Patricia s’embarque dans une aventure musicale. Alors “You ready to rap motherfucker?”

Bien que les raccourcis un peu hâtifs en fassent un «8 Mile» au féminin, ce film a été la sensation des derniers festivals de Sundance et de Cannes.

Patti Cake$ c’est aussi et surtout la révélation de Danielle Macdonald. D’abord réticente lorsque le réalisateur Geremy Jasper lui avait proposé le rôle, Danielle Macdonald a fini par accepter. Même si elle n’avait jamais rapé de sa vie, Geremy Jasper était formel, elle présentait le profil idéal pour ce film.

Lors de la représentation du film à Cannes cette année, le réalisateur a expliqué qu’il avait donné à ses personnages le visage des femmes avec qui il a vécu dans le quartier même où il situe son film. La comédienne a donc dû se défaire de son accent américain et prendre des cours de rap. Challenge réussi !

« Espèces Menacées » de Gilles Bourdos (« Renoir », nommé aux César 2014 ; « Et Après »)

Séance le 28 août 2017 à 20h15, en présence du réalisateur Gilles Bourdos et de l’acteur Damiens Chapelle, (sortie officielle le 13 septembre 2017)

Film nommé au 74ème Festival de Venise

Trois destins familiaux tragiques s’entrelacent. Trois histoires d’amour instables s’entrechoquent. Joséphine et Tomas viennent de se marier contre l’avis de leurs parents. Mélanie annonce à ses parents qu’elle attend un enfant d’un homme de 63 ans, soit 18 ans de plus que le propre père de la jeune femme, (pas vraiment le gendre idéal !). Anthony, quant à lui, est un jeune étudiant désespéré en amour qui se retrouve à prendre en charge sa mère, devenue soudainement incontrôlable.

« Le Redoutable » de Michel Hazanavicius

Séance en avant-première le 29 août 2017, en présence du réalisateur Michel Hazanavicius et de l’acteur Louis Garrel (sortie officielle le 13 septembre 2017)

Nominations – Festival de Cannes 2017 : Prix du scénario, Cannes Soundtrack, Prix Fipresci – Compétition officielle, Grand Prix, Prix du Jury, Prix de la mise en scène

Le cinéaste Jean-Luc Godard, interprété par Louis Garrel, est le sujet de la nouvelle comédie de Michel Hazanavicius (« OSS 117 : Le Caire nid d’espions », 5 nominations aux César 2007 ; « OSS 117 : Rio ne répond plus », 2 nominations aux César 2010 ; « The Artist », Oscars du meilleur film, meilleur acteur, meilleur réalisateur).

«Il était respecté dans le monde entier. La Nouvelle Vague, c’était lui : Jean-Luc Godard»

C’est à Paris, en 1967, que Jean-Luc Godard tourne son film «La Chinoise» avec sa femme Amy Wiazemsky. Mais la mauvaise réception du film à sa sortie entraîne chez le réalisateur une profonde remise en question. La crise que traverse le cinéaste le fera alors passer de réalisateur adulé à un artiste incompris.

«Ce n’est donc pas tant le cinéaste qui intéresse Michel Hazanavicius mais le “personnage Godard” dans ses différents motifs. L’homme, aussi, et Louis Garrel relève haut la main ce défi de la variation, passant de l’imitation volontairement outrancière à une incarnation plus subtile du Suisse sincère, jaloux et masochiste, incapable de baisser les armes pour retenir Anne… Le film est un détournement fantaisiste et attendri de la figure d’un magnifique, mais incorrigible obsessionnel. Louis Garrel passe de l’imitation pure à une incarnation subtile du cinéaste. Mais c’est dans son humour que le film s’avère le plus fidèle à Godard, très blagueur lui-même. Puisque l’homme n’a eu de cesse de tout désacraliser, n’était-ce pas le plus bel hommage à lui rendre que de le désacraliser et d’en faire un héros réellement populaire ? » Guillemette Odicino, Télérama

« L’atelier » de Laurent Cantet (« Entre les Murs », Palme d’Or Cannes 2008)

Séance le 30 août 2017 à 20h15, en présence du réalisateur Laurent Cantet (sortie officielle le 11 octobre 2017)

Nominations – Festival de Cannes 2017 : Un Certain Regard – Prix d’interprétation féminine, Un Certain Regard – Prix de la mise en scène, Un Certain Regard – Prix du jury, Prix un Certain Regard, Un Certain Regard – Prix de la poésie du cinéma

Un été à la Ciotat. Quelques jeunes en insertion participent à un atelier d’écriture organisé par Olivia (Marina Foïs), une romancière reconnue avec laquelle ils vont devoir rédiger un roman noir. Tous émettent des idées en relation avec leur passé. Mais l’attention d’Olivia se porte plus particulièrement sur l’un d’entre eux, Antoine, qui s’oppose rapidement au groupe et à la romancière. Il est peu coopératif et fait des propositions « choquantes » pour les autres. Olivia se rapproche de lui pour tenter de comprendre l’origine de cette violence qui la fascine autant qu’elle l’effraie.

« Laurent Cantet saisit le trouble que provoque chez une écrivaine un fils d’ouvrier désœuvré, attiré par l’ultranationalisme.  Rarement aura-t-on fait entendre de manière aussi convaincante les séductions du chant des sirènes d’extrême droite » Le Monde

« La Belle et la Meute », Kaouther Ben Hania (« Le Challat de Tunis », 2014)

Séance le 31 août 2017 à 18h00, en présence de la réalisatrice Kaouther Ben Hania, et en collaboration avec le Festival International du Film de Nancy (sortie officielle le 18 octobre 2017)

Nominations – Festival de Cannes 2017 : Un Certain Regard – Prix d’interprétation féminine, Un Certain Regard – Prix de la mise en scène, Un Certain Regard – Prix du jury, Prix un Certain Regard, Un Certain Regard – Prix de la poésie du cinéma

Mariam, jeune Tunisienne de 21 ans, est belle et insouciante. Mais lors d’une fête étudiante, elle est victime d’un viol. Quelques heures plus tard, elle se retrouve à errer dans la rue en état de choc. Elle rencontre Youssef, dont elle avait croisé le regard à la fête, qui la convainc de porter plainte. Mariam s’engouffre alors dans une nuit de lutte interminable pour faire respecter ses droits et sa dignité. Mais est-il possible d’obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ? Un thriller féministe qui vous fera vaciller entre stupeur et indignation.

« Ôtez-moi d’un doute » de Carine Tardieu (« Du vent dans mes mollets », « La tête de maman»)

Séance le 1er septembre 2017 à 20h30, en présence de la réalisatrice Carine Tardieu (sortie officielle le 6 septembre 2017)

Nominations – Festival de Cannes 2017 : Prix SACD (Quinzaine des Réalisateurs), Art Cinema Award (Quinzaine des Réalisateurs), Prix Illy (Quinzaine des Réalisateurs), Label Europa Cinema (Quinzaine des Réalisateurs)

Erwan (François Damiens), démineur breton, voit sa vie basculer lorsqu’il apprend que son père n’est pas son père biologique. Malgré l’attachement qu’il éprouve pour cet homme, il mène une enquête pour découvrir la véritable identité de son géniteur. Il découvre alors Joseph, un vieil homme sensible et émouvant pour qui il se prend d’affection. Au même moment, Erwan croise le chemin de la troublante Anna (Cécile de France) qu’il entreprend de séduire. Mais les choses se compliquent quand Erwan découvre  que la belle Anna est en réalité la fille de Joseph. Devant garder le secret, Erwan est tiraillé entre son attirance pour la jeune femme et les liens du sang.

« Il y avait une grande émotion. Je crois que c’est la plus forte que j’ai ressentie depuis que je fais du cinéma », (Cécile de France quelques heures après la toute première projection publique de « Ôtez-moi d’un doute »)

Carine Tardieu propose avec ce troisième long-métrage, un film poignant et saisissant. Un coup de cœur qui a bouleversé le public de la Croisette !

« Jeune Femme », de Léonor Serraille (premier film)

Séance le 2 septembre 2017 à 14h00, en présence de l’équipe de la réalisatrice Léonor Serraille (sortie officielle le 1er novembre 2017)

Prix et Nominations au Festival de Cannes 2017 : Prix de la Caméra d’Or, Un Certain Regard – Prix d’interprétation féminine, Un Certain Regard – Prix de la mise en scène, Un Certain Regard – Prix du jury, Prix un Certain Regard, Un Certain Regard – Prix de la poésie du cinéma

Après un long voyage au Mexique, Paula revient à Paris. Elle se retrouve rapidement à la rue, jetée dehors par son petit ami. Bien décidée à prendre un nouveau départ, la « diva du désordre » part avec son chat sous le bras et les poches vides.

« Dans cette époque difficile », ce personnage est « dans l’humain » et « garde l’humour et la fantaisie », a souligné la réalisatrice en recevant son prix à Cannes (Prix de la Caméra d’Or).

« Zombillénium », de Arthur de Pins et Alexis Ducord

Séance le 2 septembre 2017 à 20h00, en présence du réalisateur Alexis Ducord, précédé d’animations et suivi d’un cocktail (sortie officielle le 18 octobre 2017)

Nomination – Festival de Cannes 2017 : Sélection Officielle

Hector, contrôleur des normes de sécurité, s’aventure dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium, bien décidé à le faire fermer. Il est reçu par Francis, le vampire qui dirige le Parc. Hector découvre alors que le parc est hanté par de vrais monstres dont les âmes appartiennent au Diable à jamais. Francis n’a plus le choix, il doit mordre Hector qui en sait beaucoup trop. Transformé ainsi en drôle de monstre cornu et séparé de sa fille Lucie, Hector a le cafard. Mais alors, pourquoi ne pas saisir l’occasion pour devenir la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

Retrouvez toutes les interviews de Divague avec les équipes de ces films la semaine prochaine !

Marion Monin-Iacono et Aurélien Montanini
Marion Monin-Iacono

Actuellement en études d'histoire de l'art, je suis encore indécise quant à mon choix d'avenir. Mon physique est plutôt avantageux puisque la nature m'a fait grâce des pouces de Megan Fox (jaloux s'abstenir). En revanche, elle m'a également fait don d'un bon accent lorrain (ou beauf, à ta guise). Je suis passionnée par le 7ème art et surtout par l'œuvre monumentale que représente Dikkenek. Ma plus grande déception restera le départ de Diam's du monde de la musique...

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up