Voyage

Divague ailleurs : on a vu des pandas à Chengdu

Cette semaine Ernest, amoureux des pandas, vous emmène faire du bénévolat à Chengdu capitale de la province du Sichuan en République populaire de Chine.

Dix heures et 8270 km plus tard, me voilà finalement arrivé sur la terre des pandas, trésor national de la Chine. Car le Sichuan reste la province où se trouvent 80 % de ces gros nounours blanc et noir, c’est-à-dire environ 1600 pandas encore sauvages sur toute la planète. Pour les voir, pas trop le choix il faut se rendre dans l’un des trois centres autour de Chengdu qui œuvrent à leur survie.

Une fois sorti de l’aéroport c’est un véritable choc thermique. Il fait  35° alors qu’il est seulement 10 heures du matin.
Ce qui surprend c’est le ciel où cet énorme nuage de pollution couvre la ville, car Chengdu c’est aussi le berceau d’une importante industrie automobile et électronique. Pour les asthmatiques, ce n’est pas très drôle et encore moins quand on a l’impression de jamais réussir à voir le soleil.
Un énorme choc culturel aussi, où le langage corporel n’est pas le même que dans le reste du monde comme on pourrait le croire. Des petits cours de chinois s’imposent, surtout si vous partez dans les zones rurales chinoises. Car même si Chengdu est considérée comme une très grande ville elle n’a pas développé de services pour les touristes occidentaux et anglophones. Peu de gens parlent anglais et très peu de restaurants proposent un menu en anglais.
Et puisque nous parlons cuisine, Chengdu est réputée pour être la province où l’on cuisine avec le plus de piment de toute la Chine. Le Hot Pot est le plat traditionnel de la région, cette fondue Chinoise peut être très pimentée. Il se prépare à l’aide d’une marmite posée sur un réchaud, prête à bouillir de la viande crue, des légumes, des nouilles et autres ingrédients de votre choix (attention tout de même aux palais sensibles).

Immersion dans le plus vaste bâtiment du monde

Et puisqu’on y est pourquoi ne pas voir le bâtiment le plus grand du monde?

Et oui avec 1,7 millions de mètres carrés soit 170 hectares, le New Global Center est composé de deux hôtels, d’un cinéma (IMAX), d’un théâtre, d’un centre commercial, d’une université, de palmiers géants, d’une église et bien (ou peu) évidemment d’un parc aquatique. Avec une plage artificielle de 5 000 mètres carrés et un soleil couchant sur un écran géant, je vous promets qu’on retrouve même un microclimat. Tout est tellement démesuré que vous sentez que le hot pot vous est monté à la tête. Et là vous êtes envahis par le syndrome du touriste et vous photographiez absolument tout, car la moindre boutique vous semble sortie d’un autre monde.

Pour vous donner une idée, elle mesure environ 4 fois la taille du Vatican et n’a pris que 3 ans pour être bâtie ce qui reste relativement peu. Sept heures n’ont pas du tout été suffisantes pour voir ne serait-ce qu’un tiers du New global Center, on comprend alors l’utilité des hôtels qui se trouvent à l’intérieur du bâtiment afin de pouvoir réaliser une visite complète

Bifengxia: paradis pour les pandas géants

Parlons peu, parlons panda, le coeur de mon excursion en Chine.
La base Bifengxia qui se situe à deux heures de Chengdu est de loin la réserve la plus spectaculaire et celle que mon programme de volontaire avait choisi.
Cette base a ouvert ses portes en 2008, après qu’un séisme ait détruit la réserve de pandas située dans le parc national Wolong. Aujourd’hui, c’est la plus grande réserve de pandas au monde.
Ya’an, ville la plus proche de la réserve marque un énorme contraste avec Chengdu.
Sur la route, la beauté du paysage laisse tous les volontaires bouche bée: forêt dense, nombreuses chutes d’eau, des façades qui regorgent de vert : la vue devient époustouflante.
Une fois arrivé à la base et nos uniformes distribués, notre planning s’annonce chargé avec des journées qui s’étendent de 8h30 jusqu’à 16h00.
Au programme : nettoyer 4 cages, casser du bambou et alimenter les pandas. Mais si les pandas sont très friands de bambou, il ne constitue cependant pas leur alimentation globale. Ils s’alimentent aussi et beaucoup de « Panda Cake » ainsi que de carotte et de pomme. Semblables à de gros bébés, il faut leur donner la nourriture dans la bouche pour être sûr que leur régime soit bien respecté.

Nous avons été répartis dans différentes sections, gros coup de chance je me retrouve dans la section maternité. Avec une autre volontaire, on nous a attribué deux cages avec deux pandas: May Chi et Tong-Tong. Notre panda allait donner naissance à son bébé mi- juillet. Je n’étais malheureusement pas présente lors de cet heureux événement.

Le contact avec les pandas reste limité, car il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un ours avec des crocs puissants. Néanmoins notre responsable nous laissait de temps en temps les approcher. Et non, ils ne sont pas aussi doux qu’on ne le pense, mais ils restent attachants et possèdent une véritable personnalité.

Au bout d’une semaine May Chi commençait déjà à nous apprécier et imitait le bruit d’une chèvre comme signe d’amitié, selon notre responsable.

Fun Fact: Les pandas ne sont fertiles seulement trois fois par an, et pendant ces dates ils préfèrent manger du bambou plutôt que chercher à se reproduire. C’est pourquoi de nombreuses fécondations in vitro ont lieu. L’homme est peut-être la plus grande menace du panda mais il est aussi leur seul moyen de survie.

   Des pandas mais pas que …

Et même si j’étais souvent à la réserve je profitais de mon temps libre pour découvrir les alentours très à l’image d’une Chine traditionnelle.

Tout d’abord l’un des incontournables se situe dans une petite ville à coté de la réserve: le Leshan Giant Bouddha. Haut de ses 71 mètres, on ne risque pas de le manquer. Il est le berceau du bouddhisme ainsi que le plus grand Bouddha du monde. Taillé dans la roche de la colline, il attire chaque année bon nombre de touristes et de pèlerins.
Cependant Il n’y a pas que le Grand Bouddha à venir visiter, le parc est relativement grand et vous surprendra avec ses temples, pavillons et pagodes. Votre visite se termine  en passant par le village des pêcheurs.

Et comme « bouddhisme » va de pair avec « temple », on ne peut aller en Chine sans en visiter quelques-uns. Au-delà de ses 1200 marches se trouve le Temple de Jifeng qui vous coupera le souffle (au sens propre). Après s’être un peu enfoncé dans la forêt cet endroit apporte paix et tranquillité et je vous promets que vos crampes dues aux 2400 marches (oui parce que après il faut redescendre) auront valu la peine.
Un petit conseil, les Chinois sont superstitieux et il vaut mieux ne pas prendre de photos à l’intérieur des temples pour ne pas manquer de respect aux esprits.

Néanmoins il faut savoir que la base Bifengxia regorge elle aussi de nombreuses activités et de choses à voir à part les pandas comme ses cascades et le temple Bifeng très connu dans la région.

En bref: Partir en Chine voir des pandas devrait faire partie de votre «Bucket List.»

Juliana Metheyer

On m’a toujours dit que la vie était trop courte pour vivre à un même endroit, du coup j’ai quitté le Costa Rica pour tenter ma chance dans le Nord. J’aime voyager et m’en mettre plein la vue. J’ai aussi une (grosse) obsession pour les tortues.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up