Actualité Atelier Éclairage TDMA

Le groupe de Višegrad contre une Europe à deux vitesses

Le groupe de quatre pays membres de l’Union Européenne (UE) – Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie – s’est réuni jeudi 2 mars à Varsovie, pour s’accorder sur la ligne commune à tenir pour les prochains sommets à 27. Leur principale inquiétude concerne l’idée d’une « Europe à plusieurs vitesses », prônée par les chefs d’Etat allemand, italien, espagnol et français, récemment réunis à Versailles par le président François Hollande. Au terme de leur réunion, les membres du « groupe de Višegrad » ont formellement demandé que le 25 mars, date anniversaire du traité de Rome, soit l’occasion pour l’UE de maintenir l’unité de ses membres.

Mais qu’est ce que le « groupe de Visegrad » au juste ?

Également appelé « V4 », le groupe de Visegrad est composé de 4 pays, tous membres de l’UE. On compte la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie. Pour rappel, voici les noms des premiers ministres de chacun de ses pays : Beata Szydlo dirige la Pologne, Victor Orban la Hongrie, Bohuslav Sobotka la République Tchèque et enfin Robert Fico la Slovaquie. La version moderne de ce groupe informel, dont les origines remontent au XIVe siècle, date de 1991. Le 15 février de cette année-là, seuls trois Etats s’étaient réunis afin d’accélérer ensemble leur processus d’adhésion à l’UE. La République Tchèque a intégré ce groupe deux ans plus tard, en 1993.

Pourquoi les membres de V4 réaffirment-ils leur solidarité aujourd’hui ?

La réponse est à trouver du côté de la « crise » migratoire que connaît l’Europe depuis plus de 3 ans. Le V4 en est effet connu pour sa politique anti-migrants. Pour ne citer que cet exemple, Victor Orban a organisé il y a quelques mois un référendum controversé. En effet, il  visait à rejeter les quotas migratoires négociés à Bruxelles en 2015. Ces derniers devaient permettre à 160 000 réfugiés d’être accueillis dans les pays de l’UE. Et ce n’est pas tout. Le pays vient de remettre en place la détention systématique des réfugiés. Cela démontre davantage son hostilité à ceux qui arrivent sur son territoire via la route des Balkans.

De quel bord politiques sont les partis au pouvoir dans ces quatre pays ?

Vous l’aurez compris, les partis au pouvoir dans les pays du V4 sont de tendance populiste. Ainsi, le Parti Droit et justice en Pologne et le Fidesz en Hongrie souhaitent réaffirmer la priorité nationale. Cela passe notamment par l’emploi, mais également par la souveraineté de leurs pays face au pouvoir de Bruxelles. C’est ici qu’un paradoxe se dessine. D’un côté, le groupe de Višegrad désire à tout prix renforcer l’unité de l’UE pour ne pas être laissé de côté dans une Europe à plusieurs vitesses. De l’autre, il maintient son cap concernant la dépossession des institutions européennes de certaines de leurs prérogatives. Il leur faudra un jour choisir !

Margot Turgy
Alix Guiho

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up