Portraits

Jean-Christophe Averty : un original qui ne nous déplaisait pas

Jean-Christophe Averty s’est éteint le quatre mars à quatre-vingt huit ans. Le monde du petit écran ainsi que tout un pan culturel de notre société se sont émus de la mort de ce pionnier des technologies de la télévision et de la radio, de même que Divague. Nous rendons donc hommage à l’homme à l’obsession de l’imaginaire.

Un savant fou riche en couleurs…

Jean-Christophe Averty était d’accord pour tout faire : producteur, réalisateur, auteur, poète, musicien, animateur de radio… Mais à une seule condition : qu’on laisse place à l’imagination. Diplômé de l’IDHEC, Jean-Christophe Averty commence sa carrière comme banc-titreur à Burkann dans les studios Walt Disney dans les années 1950. Il débute dès 1952 à la télévision française à l’époque encore appelée l’ORTF. Très vite, il prend son indépendance et commence à produire ses célèbres émissions radiodiffusées et télévisuelles.

Jean-Christophe Averty à ses débuts chez France Inter

Il faut dire que l’homme a un caractère bien trempé et une personnalité qu’on ne trouve pas à tous les coins de rue : grand connaisseur de jazz tout d’abord, il filme tous les ans les festivals d’Antibes et de Juan-les-Pins où ont défilé toutes les légendes du genre. Passionné des 78 tours, qu’il collectionne par des trouvailles aux marchés aux puces à travers le monde, il fait partager son goût de la musique à travers ses émissions. Son goût de la provocation et sa voix qui énervait du monde (il zézayait) en ont fait un personnage quitte ou double : on adore ou on déteste.

Son bagage télévisuel et radiographique est l’un des plus importants en France : plus d’un million d’émissions signées en cinquante ans de carrière. En 2012, il avait confié la gestion, la conservation et la sauvegarde de l’ensemble des droits de ses œuvres télévisuelles et radiophoniques à l’INA. Ses émissions les plus connues restent Les cinglés du music-hall (dans laquelle il bénéficie des « carnets » d’André Cauzard qui consignait tous les événements de jazz d’avant-guerre) ou les très provocants Raisins verts. Les Douches écossaises, le Show effroi ou Au risque de vous déplaire sont aussi des émissions légendaires de l’homme de télévision.

… Qui a révolutionné la télévision et la radio

Non seulement Jean-Christophe Averty était un producteur éminemment imaginatif et délirant, mais il a aussi profondément révolutionné les techniques et la vision que la France avait de la télévision et de la radio dans les années 1960. Ses créations étaient fondées sur l’utilisation de possibilités techniques comme mode d’expression. Il était aussi un fervent défenseur d’une télévision plus inventive, plus libre et délivrée de tout académisme. Voilà pourquoi il était considéré par beaucoup comme un « sale gosse » de la télévision française.

Jean-Christophe Averty a notamment bouleversé le monde du petit écran en étant le précurseur du clip vidéo. Il a mis en image les plus grands chanteurs francophones dont Georges Brassens, France Gall, Sylvie Vartan, Johnny Halliday, Dalida ou encore Serge Gainsbourg. Des spectacles sont également à l’honneur dans lesquels il fait découvrir au grand public français de nombreux artistes de l’époque comme Joséphine Baker ou Ray Ventura. Il faut aussi parler d’une révolution des mœurs : Jean-Christophe Averty cherchait une liberté corrélée à la technologie.

La technique télé-visionnaire la plus connue de Jean-Christophe Averty est sans doute la technique dite de l’incrustation, notamment de personnages à l’aide d’un fond bleu avec un décor dessiné. Ainsi, en 1969, il réalise Le songe d’une nuit d’été, le premier film complet en incrustation où les acteurs jouent sur un plateau nu. Cette technique lui permit également de réaliser Sapeur Camember d’après l’oeuvre de Georges Colomb ou encore Chantecler d’Edmond Rostand.

Un héritage solide et intemporel

Les marques d’hommage à Jean-Christophe Averty ne se firent pas attendre sur les réseaux sociaux : Twitter notamment fut inondé de messages-hommages et de témoignages sur le génie technique et culturel de l’homme. Il faut aussi dire quelques têtes bien connues du petit écran et du monde de la télévision : les Inconnus, Christophe Dechavanne ou encore Audrey Azoulay sont notamment de la partie. La plupart révèlent l’inspiration et le respect que « créateur » leur a inspiré.

Cette héritage intemporel est bien sûr cristallisé à travers des récompenses bien méritées : en 1964 par un Emmy Award mais aussi le Grand Prix international de la télévision. En 1990, il reçoit même un 7 d’or pour son éclectisme passionnel. Cette notoriété, qu’il a bâtie à partir de rien, s’est même fait connaître à l’étranger, puisque longtemps il a été l’un des derniers réalisateurs salariés de la Société française de production et le seul à voir ses émissions vendues à l’étranger.

La passion caractérisait Jean-Christophe Averty. Passionné par le mode de raisonnement d’Alfred Jarry, satrape au Collège de France à partir de 1990, il se revendiquait d’un double lignage : d’un côté le surréalisme poétique et lumineux des années 1920, et de l’autre de la pataphysique plus mystérieuse et lunaire de Jarry. En tout cas, les deux courants de pensée aboutissent au même but : défendre un « art de l’imagination » essentiel pour l’avant-gardiste Jean-Christophe Averty.

Manon Capelle

Véritable cœur d'artichaut qu'un caillou qui a l'air triste ferait pleurer, je suis aussi le genre de fille qui aime rêvasser la tête à l'envers sur le canapé et acheter des tasses à thé de toutes les couleurs parce que c'est joli. Je suis passionnée par l'histoire sous toutes ses formes, par les saveurs du thé, j'aime les anecdotes rigolotes qui ne servent à rien, les voyages où l'on ne fait que contempler ce qui nous passe sous le nez, et les boucles d'oreilles (ma petite addiction personnelle). Plus sérieusement, je suis étudiante en lettres modernes et en journalisme à l'Académie de l'ESJ, et je suis bien déterminée à prouver à la face du monde que l'info, c'est aussi de la légèreté.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up