Actualité Atelier Éclairage TDMA

Mobilisations sociales : La « tempête parfaite » mexicaine

Cette tempête s’abat actuellement sur l’ensemble du Mexique. Presque rien de météorologique là dedans, on vous rassure … Il s’agit d’un ensemble d’événements économiques plutôt désastreux qui s’enchaînent de façon dite « parfaite ». Une hausse spectaculaire du prix du pétrole additionnée à une augmentation des prix des produits de bases a donné suite à de nombreuses manifestations. Ces mobilisations sociales se répandent dans tout le pays depuis le début de cette année 2017.

 

L’instabilité économique a conduit à une grogne sociale d’envergure sur le territoire mexicain. L’importante hausse du prix du pétrole (une augmentation de 20% dès la première semaine de janvier ), est le point de départ de cette mobilisation sociale. Par effet domino, le prix des produits de base (tels que la tortilla) ont également augmenté. Cela a mené aux pillages d’un millier de magasins au cours des deux premières semaines du mois. Enfin, on observe une chute historique du pesos qui n’en finit pas d’inquiéter les observateurs tout comme la population mexicaine.

Des hausses en chaîne liées à la conjoncture    politique

Premièrement, la hausse des prix à la pompe est le résultat de la fin du monopole d’Etat sur la production et la distribution du pétrole décidée en 2013. Mais, ce qui est mal vécu par la population est précisément la précipitation du gouvernement à mettre en place cette privatisation (qui ne devait être effective qu’en 2018).

Quant à la dévaluation du pesos, il s’agit d’une conséquence de l’élection de Donald Trump. Face aux attaques et menaces répétées du président élu, les marchés se sont affolés et les investisseurs étrangers se sont retirés, à l’instar de Ford qui a récemment annoncé son retrait du marché mexicain.

En somme, les deux piliers sur lesquels reposait l’économie mexicaine, à savoir la production de pétrole et les liens du pays avec le marché américain, se sont donc effondrés.

Une population révoltée

Depuis le 5 janvier, la protestation sociale s’est étendue dans tout le pays. De Monterrey (au nord- est du pays) à Veracruz (au sud-est) en passant par la capitale Mexico, les citoyens se mobilisent.

Si les manifestations sont nombreuses, il faut rappeler que les pillages sont le fait de groupes minoritaires. Pour autant, on dénombre mille-cinq-cents arrestations depuis le début du mois de Janvier. Au cours de ces manifestions, des poupées à l’effigie de Donald Trump mais aussi du président mexicain Enrique Peña Nieto sont brulées. On peut même entendre des slogans comme « À bas Nieto ! ».

Cette contestation se fait également entendre par le biais des réseaux sociaux et d’internet. Des pirates se sont, par exemple, amusés à renommer les hauts lieux du pouvoir mexicain sur Google Maps. La résidence du couple présidentiel est ainsi devenue la « résidence officielle de la corruption ».

C’est dans un contexte de mécontentement populaire structurel que s’inscrivent ces manifestations. Les mexicains se dressent face à l’extrême pauvreté qui touche le pays et qui contraste avec le patrimoine rocambolesque des élites politiques et économiques du pays.

Quelles perspectives d’avenir pour le pays ?

 

Le Mexique doit tenter de regagner la confiance des investisseurs étrangers et cela doit impérativement passer par une amélioration des relations américano-mexicaines. Dans cette perspective, le président Enrique Peña Nieto a déjà invité Donald Trump à la discussion durant la campagne américaine.

Le pays semble également avoir besoin de se détacher de la tutelle de son grand frère américain, en renforçant notamment son marché intérieur. Un problème subsiste : un mexicain sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

Une politique sociale durable paraît donc nécessaire dans ce pays que le pure player d’investigation mexicain Sinembargo n’hésite pas à définir comme « gangrené par la corruption » et dirigé par des « pilleurs ».

Margaux  Queffélec
Alix Guiho

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up