Arts Cinéma

Noël J-16 : les meilleurs acteurs et actrices de 2016

Pour célébrer cet excitant J-16, Divague a décidé de faire monter la chaleur en vous offrant une rétrospective des acteurs et actrices (même si les acteurs sont ici sous-représentés, les pauvres) qui ont marqué l’année 2016 par leur performance ! Un moyen pour vous de (re)découvrir certains films et de pouvoir parler du « dernier film avec [insérer un acteur de la liste] » en toute sérénité. 

Cate Blanchett – Carol de Todd Haynes

sans-titre-3

Présenté en mai 2015 à Cannes, le dernier film de Todd Haynes a dû attendre janvier 2016 pour rencontrer son public français ; et quelle rencontre ! C’est bien Rooney Mara (Thérèse) qui a remporté le Prix d’interprétation féminine à Cannes, mais c’est sa partenaire, Cate Blanchett, qui nous a fait vibrer. Elle y incarne une Carol Aird distinguée et qui occupe l’espace – de l’écran comme de Thérèse – d’une manière assez spectaculaire. Le jeu de l’actrice australienne est sublimé par la caméra de Haynes qui réussit à saisir des moments de tension intense. Avis aux fans de Cate Blanchett : si vous n’avez pas encore vu ce film, vous ne serez pas déçus !

 Hayley Squires et Dave Johns – Moi, Daniel Blake de Ken Loach

sans-titre-2

Vous ne le savez peut-être pas, mais Ken Loach est réputé pour choisir des acteurs peu connus voire amateurs. Et il ne se trompe jamais ! En voici une nouvelle démonstration dans son tout récent Moi, Daniel Blake qui a remporté la Palme d’Or au festival de Cannes 2016. Hayley Squires incarne la misère, la mère aimante et dévouée, l’amie, la détermination ; un concentré d’humanité dans une seule femme. Inutile de préciser que son interprétation est d’une puissance remarquable. En face d’elle pour lui donner la réplique, Dave Jonhs tente de sauver son intégrité face à un monde qui ne veut pas de lui et livre un combat titanesque, avec toutefois une certaine retenue (si, c’est possible). Le couple d’acteurs fonctionne à merveille et on en oublierait presque pendant quelques minutes notre propre existence. On a simplement hâte de les revoir !

Sandra Hüller – Toni Erdmann de Maren Ade

15369752_1355981767755376_1217885124_o

L’actrice allemande Sandra Hüller offre une très belle prestation, emplie de justesse, dans le film Toni Erdmann, reparti bredouille de la dernière édition du festival de Cannes. Elle joue avec une très grande subtilité le rôle d’Inès, femme d’affaire rigide et professionnelle qui va progressivement entamer une sorte de reconquête existentielle. Presque sans pleurs et sans jérémiades, Sandra Hüller parvient à dresser le portrait d’un personnage aussi humain que malheureux, aussi dur que sensible. On la retrouve dans cet article sur le film.

Kim Tae-ri – Mademoiselle de Park Chan-wook

sans-titre-1

Malgré toutes les controverses autour du dernier film de Park Chan-wook, on ne pouvait pas passer à côté de la performance de la jeune Kim Tae-ri, alias Sookee la servante coréenne. Son expressivité permet de traduire toute la passion qui sommeillait en elle. La caméra du Coréen esthétise une relation tout en tension où le personnage de Sookee passe de fascinée à fascinante. La profondeur de ses yeux sombres nous laisse perplexe et semble vouloir transmettre toujours plus d’émotions. Pas étonnant pour un film aussi ambivalent et qui ne se lasse pas de jouer avec son spectateur ! On vous laisse (re)découvrir notre article à ce propos, juste .

 

Paula Beer – Frantz de François Ozon

15409693_1355973161089570_198823123_o

L’autre révélation de l’année est elle aussi allemande : Paula Beer. Le rôle principal aux côtés de Pierre Niney dans Frantz et la sélection du film en compétition officielle lors de la dernière Mostra, lui ont permis d’être découverte auprès du public international. Forcée d’apprendre quelques mots de français pour le film, elle allie douceur enfantine et sobriété  pour incarner un personnage d’une fraîcheur poétique au sein d’une période sombre et conflictuelle, celle qui suit la guerre de 14-18.

Margot Robbie – Suicide Squad de David Ayer

sans-titre-4

On a découvert l’actrice australienne dans Le loup de Wall Street (Scorsese, 2013) en femme d’un trader un peu fou. On l’a retrouvée cet été dans le délirant Suicide Squad, film tout en profusion qui avait beaucoup fait parler de lui en amont. Qu’on ait aimé ce film de super méchants ou non, il faut bien avouer que le rôle d’Harley Quinn – la petite amie du Joker, rien que ça – est joué à merveille par une Margot Robbie qui déborde de vie tout en étant un personnage complexe et d’une grande richesse. Mais on ne vous en dit pas plus et on vous laisse voir le film et/ou lire ce que Divague en a pensé ! L’article tout en nuances, c’est ici.

 

Soko – La danseuse de Stéphanie Di Giusto

15387555_1355977374422482_1047251923_o

Stéphanie Sokolinski, dite Soko, a débuté dans la musique en tant que compositrice et interprète. Elle a fait ses premiers pas au cinéma depuis quelques années déjà. Mais 2016 est sans aucun doute son année en tant qu’actrice, étant à l’affiche de deux films présents dans la section « Un certain regard » à Cannes : La danseuse et Voir du pays (qui a reçu le prix du scénario). Excellente dans les deux œuvres, son jeu d’actrice et son travail physique nous ont surtout impressionné dans La danseuse. Elle y incarne la célèbre Loïe Fuller qui chorégraphiait ses propres danses, inventant de surcroît la danse moderne dès la fin du XIXème siècle. Soko incarne avec justesse un personnage à la sensibilité fascinante, autant torturée intérieurement que physiquement par son art.

Isabelle Huppert – Elle de Paul Verhoeven

Comment finir en beauté cet article si ce n’est par mentionner l’actrice française Isabelle Huppert ? Alors oui, c’est un papier entier qui devrait lui être consacré pour témoigner de son grand jeu d’actrice, sans aucun doute l’un des meilleurs en France. Elle nous avait déjà épaté l’année dernière dans le film danois Louder than bombs de Joachim Trier, elle est revenue au festival de Cannes cette année aux côtés du réalisateur néerlandais Paul Verhoeven, avec Elle, nommé en compétition officielle. Alliant à la fois force, subtilité et fragilité, Isabelle Huppert interprète le rôle d’une femme victime d’un viol traquant par la suite son agresseur d’une manière particulière. Le film est à un tel point porté par le jeu de l’actrice, qu’on ignore si le titre « Elle » s’adresse davantage au personnage incarné ou à Isabelle Huppert en personne.
On hésite encore entre dire que 2016 a été une année d’actrices ou… sans acteurs. Pour nous, aucun d’entre eux n’est véritablement sorti du lot. On attend donc 2017 avec impatience, messieurs ! Et vous, qui vous a marqué en 2016 ?
Chiara Debize
Louise Maneval

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up