Actualité Atelier Éclairage TDMA

Les religions : l’antithèse du féminin ?

A l’occasion de la journée des droits des femmes, Divague et Le Tour du Monde de l’Actu se sont intéressés à leur statut au sein de la religion. Cette dernière est souvent décriée pour la place minime qu’elle accorde aux femmes. Les religions sont-elles pour autant l’antithèse du féminin ?

 

L’éternelle question de l’accès des femmes aux ministères ordonnés

 

Le Pape Benoit XVI y répondait brièvement. Selon lui, l’Eglise n’en a tout simplement pas le pouvoir. De plus, “les femmes occupent tant de grandes fonctions significatives dans l’Eglise que l’on ne peut pas parler de discrimination”. A l’inverse, les églises protestantes autorisent cet accès aux femmes. En 2013, l’une d’entre elles a même été nommée archevêque de Suède. Antje Jackelén est ainsi devenue la première femme à atteindre ce poste dans l’Eglise luthérienne.

En ce qui concerne le judaïsme, le rabbinat des femmes est peu accepté. Bien que non conforme à la loi juive, il se répand au fil du temps. En effet, dans les mouvances progressistes dites libérales, on compte jusqu’à un millier de femmes rabbines. En France, où le mouvement libéral reste minoritaire, trois femmes ont été ordonnées et officient. Malgré quelques premières réticences, elles avouent que les mentalités changent rapidement, avançant vers la parité. Mieux vaut tard que jamais.

Du côté de l’Islam, des femmes imams y sont autorisées dans la mesure où la prêche se fait avec d’autres femmes. Au Danemark, une femme a contourné ces limites en ouvrant une mosquée réservée aux femmes. Mais ce n’est pas la première. Il en existe aux Etats-Unis, en Allemagne ou encore en Malaisie. Selon le site Geopolis, rien ne proscrit aux femmes dans le Coran, la possibilité de conduire la prière ou de faire le sermon.

 

Un rôle non négligeable

 

Peut-on réduire le rôle des femmes au fait qu’elles puissent prêcher ou non ? Négatif. Effectivement, de nombreuses études montrent qu’elle occupent une place importante, souvent décrites comme bien plus fidèles. Entre 2008 et 2015, le Pew research center a mené un sondage dans 84 pays. Il en ressort que 97 millions de femmes de plus que les hommes se déclarent affiliées à une religion.

Dans la majorité des livres sacrés, les femmes ont joué des rôles phares auprès des prophètes. Michel Cazenave, auteur de « Visages du féminin sacré », l’affirme dans un entretien avec le Monde des religions. « C’est comme si les hommes avaient tellement peur de la puissance des femmes qu’il fallait absolument la remplacer par leur pouvoir. C’est comme s’il leur fallait du coup affirmer leur domination, fût-ce en batissant, depuis Aristote et jusqu’au XIX ème siècle, des psychologies inventées que l’on prétendait scientifiques ».

Finalement, se demander si ce sont les sociétés patriarcales qui ont creusé un écart entre les hommes et les femmes ou si ce sont les religions qui ont consolidé la société patriarcale, c’est un peu se demander qui de l’œuf ou de la poule est arrivé en premier.

Anne-Laure Juif
Alix Guiho

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up