Éclairage

Les Suffragettes et le 21 juin 1908, 108 ans plus tard

 

Ce 21 juin 2016, Divague remonte le temps, direction les XIX et XXème siècles. Eclairage sur l’histoire des femmes et plus particulièrement des Suffragettes.

À l’aube d’une nouvelle ère, alors que l’Ancien Régime vient de tomber définitivement, un vent d’émancipation, d’égalité et de liberté balaie toute l’Europe et ébranle les sociétés. C’est dans ce contexte d’ébullition intellectuelle et culturelle que les femmes vont jouer un rôle déterminant pour la suite de leur Histoire.

Historiquement vôtre

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, la Reine Victoria règne depuis plusieurs années déjà sur la monarchie constitutionnelle qu’est l’empire britannique. Cependant, à bien des égards, les femmes demeurent des « citoyens de seconde classe. ». Reléguées aux tâches ménagères, elles appartiennent exclusivement à la sphère privée. Qu’elles soient riches ou pauvres, paysannes ou bourgeoises, ouvrières ou nobles, elles possèdent les mêmes droits qu’un enfant, qu’un assassin ou même qu’un malade mental, c’est-à-dire aucun. Pour l’exercice du même métier, elles gagnent un tiers du salaire d’un homme, elles n’ont pas accès à l’éducation, et les femmes mariées sont subordonnées à leur mari.

En 1884, le Parlement leur accorde le droit de disposer de leur propre corps, mesure pouvant nous paraître aujourd’hui des plus anodines. Cependant, pour l’époque, cela signifiait que les femmes devenaient enfin des individus, c’est-à-dire des personnes ayant la possibilité de revendiquer des droits.

L’éveil des femmes, le début de l’émancipation

À la fin du XVIIIème siècle, une femme, Millicent Garrett Fawrett déclare à la police le vol de son sac à main et se voit répondre que ce sac ne lui appartenait pas, mais appartenait à son mari. Indignée, elle crée un mouvement pour défendre ses droits, Les Suffragistes. Présentes aux meetings et aux manifestations, les femmes qui composent le groupe posent des questions qui ébranlent tout le système britannique. Celui-ci se sent menacé, ne voyant en la femme que la ménagère et la mère de famille qu’elle a toujours été. Mais ce mouvement demeure peu efficace, surtout sur le long terme.

« We are here, not because we are law-breackers, we are here in our efforts to become law-makers »

«We are here, not because we are law-breackers, we are here in our efforts to become law-makers» Emmeline Pankhurst

Arrivent alors les Suffragettes en 1903, avec à leur tête Emmeline Pankhurst, et comme devise : « des actions, pas des mots ! ». Emmeline Pankhurst est une femme de caractère, très engagée, très autoritaire. Elle est accompagnée de sa fille, Christabel, qui est, plus encore que sa mère, frustrée des méthodes légalistes et douces de Millicent Garett Fawrett. Christabel pose la question des droits des femmes lors d’un meeting politique en 1905. Horrifiées par ce modernisme et cette audace, les forces de l’ordre l’empêchent de continuer, elle crache alors sur un des policiers. L’événement, très médiatisé, restera dans les mémoires. Suite à cela, les femmes prennent conscience du pouvoir des manifestations et des coups d’éclat, elles vont donc tenter de faire parler d’elles à n’importe quel prix, en bien ou en mal. Elles adoptent alors des comportements choquants (sachant qu’hausser la voix était déjà un comportement choquant venant d’une femme) et prévoient de nombreuses manifestations interdites.

Le 21 juin 1908, un héritage

Il y a un peu plus d’un siècle aujourd’hui, le 21 juin 1908, se déroule à Hyde Park (Londres) une gigantesque manifestation : 50 000 femmes défilent en robe blanche, plus de 200 000 personnes sont présentes. Le gouvernement demeure sourd face à leurs revendications, et même les partis politiques les plus proches du mouvement rechignent à s’engager en leur faveur. Suite à cette déception, le nombre de militantes chute.

Les Suffragettes en Angleterre, au centre Emmeline Pankhurst, lors d'une manifestation.

Les Suffragettes en Angleterre, au centre Emmeline Pankhurst, lors d’une manifestation.

Mais le mouvement poursuit son œuvre et leurs nombreux procès deviennent des vitrines, des moyens de se faire connaître. Elles pratiquent également des coups d’éclat comme la grève de la faim, actions qui seront aussi très médiatisées.

Des projets de lois voient le jour mais sans aucune concrétisation. Les femmes subissent des mauvais traitements sous les yeux fermés des forces de l’ordre, sous prétexte qu’elles aient osé franchir « le code de la femme respectable ».

« L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. » Jean Jaurès

En 1914, la Première Guerre Mondiale interrompt les actions en faveur des droits des femmes. Emmeline Pankhurst tente alors de tourner la situation en leur faveur en passant un marché avec le gouvernement : il libère les Suffragettes détenues et elles suspendent toutes actions violentes et participent à l’effort de guerre. Le marché est conclu.

Dans les années qui suivent, les femmes revendiquent les mêmes droits que ceux octroyés aux ouvriers ayant participé aux efforts de guerre. L’État ne peut leur refuser ce privilège, plus maintenant.

En 1918, le Parlement vote le Representation of the People’s Act : les hommes de plus de 21 ans et les femmes de plus de 30 ans mariées à un homme inscrit sur les listes électorales et propriétaire peuvent voter, soit plus de 6 000 femmes !

Il faudra attendre juillet 1928 pour que le Parlement vote enfin l’égalité totale de droit de vote des hommes et des femmes de plus de 21 ans.

Les Suffragettes, un témoignage historique pertinent

En 2015, le film britannique Les Suffragettes sort dans les salles. Réalisé par une femme, Sarah Gavron, écrit par une autre, Abi Margan, il aborde l’une des plus grandes luttes de femmes dans le monde actuel. Les événements se déroulent entre 1912 et 1913. Ce film historique donne la juste mesure des combats menés. Alexandre Desplat, le responsable de la bande son, a choisi de reprendre « La Marche des Femmes », l’hymne historique de ce mouvement. La réalisatrice souhaite que les femmes «y trouvent l’énergie d’aller jusqu’au bout de leur revendications» (selon des propos recueillis pour TV3MONDE). De plus, les événements relatés sont peu connus, en comparaison d’autres formes d’oppression et d’injustice tels que l’esclavage ou l’apartheid : ce long métrage est le premier en son genre. La réalisatrice et l’auteur ont choisi de mettre en exergue des individus révoltés, déterminés, ambitieux, qui, privés de leur droit, font entendre leur voix. Les Suffragettes devient une ode à la mémoire de ces femmes qui se sont battues non seulement pour le droit de vote, fer de lance de leur campagne, mais aussi pour l’autorité parentale partagée, la disposition de leurs biens, le droit de divorce, le droit d’accéder aux mêmes formations et aux mêmes métiers que les hommes, droits qui aujourd’hui font partie intégrante de notre quotidien. Sarah Gavron tente de recréer l’atmosphère de ce qui pouvait être perçu à l’époque comme une révolution culturelle.

«Nous ne nous tairons plus»

Les femmes possèdent aujourd’hui les mêmes droits que les hommes; encore faut-il les faire respecter. Pour ne donner qu’un seul exemple : les femmes sont de plus en plus présentes dans le monde politique, or elles doivent se battre pour être reconnues au même rang qu’un homme. Le 15 mai 2016 est diffusé dans le Journal du Dimanche l’appel de 17 anciennes ministres face au harcèlement sexuel dans le cadre de leur activité professionnelle, avec un seul mot d’ordre « L’immunité, c’est fini ». Roselyne Bachelot, Cécile Duflot, Aurélie Filippetti, Christine Lagarde faisaient partie des signataires. Elles stipulent que les lois existent, certes, mais qu’elles ne sont pas respectées.

Nous célébrons aujourd’hui le jour où ces femmes ont osé franchir « le code de la femme respectable » pour descendre dans les rues revendiquer leurs droits. Il est de notre devoir aujourd’hui de défendre ces acquis et de creuser la voie pour les femmes de demain, vers une vie où chacun pourra partager cette différence comme une richesse.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up